Mise à jour: 16/04/2018 à 10H34 GMT
 
Assemblée générale ordinaire de la Fsf
SENGHOR DEMANDE «PARDON» ET APPELLE A LA MOBILISATION
Abdoulaye THIAM | 16/04/2018 | 09H31 GMT
«Je tiens à présenter officiellement les condoléances, les regrets et les excuses de la Fédération, du football national, aux familles des victimes». Cette déclaration a été faite par Me Augustin Senghor lors de l’ouverture de l’Assemblée générale ordinaire de la Fédération sénégalaise de football (FSF) samedi 14 avril. Par la même occasion, le patron du football sénégalais a déclaré la «guerre» contre la  violence et a appelé la famille du football à taire ses rancoeurs pour mieux engager la campagne en perspective de la coupe du monde Russie 2018.
 
L’Assemblée générale de la Fsf s’est tenue dans un contexte particulier avec notamment l’affaire dite Stade de Mbour-Us Ouakam avec son lot de 8 morts côté mbourois.
 
Face à la famille du football, Me Augustin Senghor a demandé pardon aux Stadistes mais aussi à toute la population mbouroise. 
«C’était une occasion pour demander pardon et de présenter nos excuses à toute la famille de football et particulièrement à celle de Mbour et toute sa population», a déclaré le président Senghor.
 
Et d’ajouter : «j’ai aussi demandé que les gens taisent les querelles pour aller vers l’essentiel. C’est douloureux, mais nous devons nous retrouver pour aller de l’avant. Nous devons pouvoir dépasser ces incidents et aller de l’avant pour mieux préparer notre participation pour une deuxième fois à une phase finale de coupe du monde qui est un événement majeur».
«C’est en étant unis que nous puissions réussir, pérenniser notre participation dans les phases finales de coupe du monde», dira-t-il avant de reconnaître qu’il «faut savoir écouter les critiques pour avancer».
 
Excédent de plus de  400 millions
 
Si la Fédération sénégalaise de football n’est pas encore autonome financièrement, elle peut se tarder d’avoir un excédent de 467.320.059 F CFA pour l’exercice de l’année 2017. Le budget de cette année s’élevait à 2.287.480.507 F CFA pour des charges évaluaient à 1.820.160.448 F CFA. 

Comparée à l’année 2016, on constate que les ressources de la FSF ont évolué. Elles étaient de 1.566.649.571 F CFA pour des charges estimées à 1.326.861.913 F CFA. Ce qui avait donné lieu à un résultat positif de 239.787.658 F CFA.
Ce qui a poussé Me Augustin Senghor à être optimiste pour l’avenir. Notamment avec les retombées de la coupe du monde où rien qu’avec la qualification des Lions, la Fifa a prévu d’octroyer à chaque sélection 8 millions d’euros. Soit un peu plus de 5 milliards F CFA. 
 
«L’erreur à ne pas commettre»
 
Avec cette manne financière qui aiguise déjà les appétits, le Président de la FSF veut éviter des erreurs.
D’emblée, il a déclaré : «l’erreur à ne pas commettre, c’est de ne pas en faire la distribution aux acteurs, mais surtout ne pas en faire les investissements nécessaires».
 
Et d’ajouter : «la Fifa va verser un minimum de 5,400 milliards FCFA pour le premier tour à tous les pays qualifiés. L’espérance forte que je nourris c’est que le Sénégal ne s’arrêtera au Premier tour. C’est daller le plus loin possible».
A noter que les équipes qualifiées en 8èmes de finale, vont toucher chacune 9 millions d’euros ; 14 millions d’euros pour les quarts de finaliste ; l’équipe médaillée de bronze (3ème) 22 millions ; la finaliste malheureuse 25 millions d’euros et le vainqueur empoche la bagatelle de 35 millions d’euros. Soit 22,960 milliards F CFA.
 
Mais pour Augustin Senghor : «il faut aussi glaner d’autres ressources supplémentaires (sponsors, Ndlr). La Fifa et la Caf essaient d’appuyer les pays africains sur les charges récurrentes et incompressibles que sont les frais de préparation et les primes qui ont, par le passé, été des sources de problèmes pour les fédérations africaines». 
 
Par ailleurs, Me Augustin Senghor a aussi lancé un appel à la «famille du football à se retrouver et à aller à l’assaut du monde». «Nous savons que tous les Sénégalais nous épient. Le football est devenu une seconde religion au Sénégal», avertit-il.