Mise à jour: 16/04/2018 à 10H34 GMT
 
Vote de loi sur le parrainage à l’assemblée
L’UJTL ET LES KARIMISTES DE GUEDIAWAYE ORGANISENT LA RIPOSTE
Moussa THIAM | 16/04/2018 | 10H08 GMT
Les partisans du fils de l’ancien président Abdoulaye Wade, au niveau de Guédiawaye, sonnent la mobilisation pour faire face au vote de la loi sur le parrainage  le 19 avril prochain à l’assemblée Nationale.
 
Face à la presse, ces derniers ont indiqué que ce projet de loi, une fois adopté, risque d’exclure leur candidat Karim Meïssa Wade de la course à la présidence.
 
Pour Bassirou Mbacké Diatta, «c’est une énième tentative après les échecs de la commission rogatoire qui ont fait le tour du monde sans sortir un sou qu’il accuse à Karim Wade d’avoir détourné».
 
«Après les échecs partout, Macky Sall cherche à une autre voie pour l’éliminer définitivement en voulant tripoter la constitution et utiliser un projet de modification de l’article L. 57, qui, s’il est voté, notre candidat pourrait être exclu du champ politique», a indiqué le responsable de l’Ujtl du département de Guédiawaye.
 
A en croire Djadji Ngom, «l’Ujtl et les Karimistes sont prêts à tout pour se rendre devant les grilles du palais». «Nous n’allons pas dévoiler notre stratégie mais je peux vous dire que les hommes et les femmes de Guédiawaye sommes prêts à donner leur vie, pour faire face à ce régime incapable de régler le problème des sénégalais. Et Macky Sall n’a qu’un seul et unique objectif, c’est de bénéficier d’un second mandat, n’en déplaisent aux sénégalais. Nous devons l’arrêter. Nous serons à l’assemblée ce jeudi à 8 h et par tous les moyens», a déclaré Djadji Ngom.
 
Les responsables communaux qui se sont succédé au micro, ont tous, émis leur volonté d’en découdre avec le régime pour que ce projet ne passe pas. Pour ces pro-Karim, ce dernier est blanchi par toutes les juridictions internationales.
Il est sorti vainqueur de cette confrontation qui a permis aux sénégalais de connaitre sa «droiture». Ils ont invité les sénégalais ce jour, à «faire face à ce projet de loi au péril de leur vie pour que triomphe la démocratie».